Égalité des chances
Le Luxembourg s’engage pour l’égalité des genres

Le Luxembourg est dédié à la création d’une société sans stéréotypes sexués qui prône l’égalité des genres dans tous les domaines de la vie. Ainsi, le pays s’engage fermement contre la violence domestique et les stéréotypes sexués et a passé une loi sur le principe de l’égalité de salaire.

Un ministère dédié à l’égalité des genres

Depuis 1995, le Luxembourg dispose d’un ministère dédié à l’égalité des genres, appelé "ministère de l’Égalité entre les femmes et les hommes". Parmi les pays membres de l’Union européenne, le Luxembourg est d’ailleurs le seul à s’être doté d’un ministère dont la compétence réside uniquement dans l’égalité entre les genres. Ses missions et initiatives se concentrent sur l’égalité de droit et de fait entre femmes et hommes.

Une de ses missions prioritaires consiste d’ailleurs dans l’implémentation du gender mainstreaming dans les structures politiques au Grand-Duché. Dans cette optique s’inscrit aussi la lutte contre les stéréotypes sexués dans tous les domaines.

Apprenez-en plus sur l'égalité des chances au Luxembourg sur le portail de l'égalité des chances.

L’égalité au poste de travail

Par la loi du 15 décembre 2016, le principe de l’égalité de salaire fut inscrit dans la loi luxembourgeoise. Un écart salarial entre hommes et femmes exerçant la même tâche ou un travail à valeur égale est désormais illégal.

Les entreprises du secteur privé ainsi que les administrations et instituts du secteur public peuvent volontairement participer au programme des actions positive du ministère de l’Égalité des chances. Lors de ces démarches, une enquête indépendante analysera le statut de l’égalité entre hommes et femmes au sein de l’organisme participant. Un plan est alors établi ensemble en vue d’améliorer la situation d’origine.

Une action forte contre la violence domestique

Depuis 2006, le Grand-Duché de Luxembourg dispose d’une loi contre la violence domestique. Celle-ci prévoit en outre une expulsion du domicile allant jusqu’à 14 jours d’un auteur de violence domestique ainsi que la prise en charge et le suivi conséquent des victimes et des auteurs de la violence domestique.