Schueberfouer - le spectacle à ne pas manquer
La plus grande kermesse du Luxembourg!

La Schueberfouer est le rendez-vous incontournable de l’été luxembourgeois. Entre les arômes des amandes grillées, du poisson frit et des Gromperekichelcher, 2 millions de visiteurs s’amusent chaque année. Les dizaines de manèges et stands de jeux attirent grands et petits pendant 3 semaines, vers la fin d’août et au début de septembre, lors de cette fête, dont les origines remontent au Moyen Âge.

Manèges et délices culinaires

Fondée en 1340, la Schueberfouer – ou simplement Fouer – est la plus grande fête foraine du Luxembourg et de la Grande Région. De fin août à début septembre, elle accueille plus de 2 millions de visiteurs sur les 4 hectares du champ du Glacis. Un mélange unique en Europe de 200 attractions, dont 25 grands métiers et manèges à sensations, comme des montagnes russes, des trains fantômes et bien d'autres, une multitude d'attractions pour enfants, des grands restaurants, brasseries, confiseries, loteries, stands de tirs... Un must!

Des petits étals des marchands peuplent l’allée Scheffer où l’on peut faire toutes sortes de petits achats, du nougat aux amandes grillées, en passant par des sculptures en ébène d’Afrique, des batteurs électriques, des ouvre-boîtes fabuleux et des CD déjà passés de mode.

Comme toujours lors des kermesses, le boire et le manger ont leur importance et en particulier une spécialité, le Fouerfësch. Il s’agit d’un merlan cuit dans de la levure de bière qui se doit d’être accompagné de frites, d’une bière ou d’un petit vin sec de la Moselle.

Ceux qui préfèrent se balader en mangeant trouvent aussi leur bonheur: l’offre culinaire comprend toute la gamme des grillades qu’on rencontre sur les fêtes populaires au Luxembourg, ainsi que des stands qui servent des spécialités d’autres pays.

La Schueberfouer est le plus grand événement de l'année. Le nombre de visiteurs dépasse de trois fois la population du Luxembourg.
© Laurent Schwaller (www.schueberfouer.lu)

La procession des moutons

Le matin du dimanche de la kermesse (Kiermessonndeg), les musiciens parcourent les rues de la ville, revêtus de la blouse bleue des paysans du 19e siècle, et marchent en jouant leurs instruments derrière un berger et quelques moutons enrubannés. Une seule mélodie est jouée, le Hämmelsmarsch, une mélodie populaire ancienne dont le poète national Michel Lentz a écrit le texte.

Il va de soi que les bergers, les moutons et les musiciens participent à l’ouverture de la Fouer, laquelle est prononcée par le maire. C’est ensuite au tour des politiciens et de ceux qui souhaitent le devenir d’effectuer une tournée officielle, un bain de foule de circonstance. Il se termine dans une échoppe de la Fouer autour du Kiermesham (jambon) et du Kiermeskuch (gâteau).

L’automne s'annonce

"Oh mei, t'ass scho Fouer!" (Oh mon Dieu, voici déjà la Fouer) – voici une exclamation un peu mélancolique qu’on entend souvent au Luxembourg, quand les premiers manèges sont assemblés sur le Glacis. En effet, l’ouverture de la Fouer annonce la fin de l’été et des vacances, et lors du feu d’artifice qui clôture l’évènement beaucoup de spectateurs ont déjà mis une veste pour se protéger contre les températures plus fraîches.

Une tradition du Moyen Âge

On ne sait pas vraiment d’où vient le nom de cet ancien marché aujourd’hui reconverti en foire: peut-être de l’ancien plateau du Saint-Esprit, le Schadebourg, où il se déroulait autrefois; ou du terme Schober lié au fait que la foire avait lieu le jour de la Saint-Barthélemy, c’est-à-dire au moment de la moisson. La Schueberfouer a été fondée en 1340 par Jean Ier de Luxembourg, dit "Jean l’Aveugle", comte de Luxembourg et roi de Bohême. Pour cette raison, les forains lui ont érigé un monument dans le parc municipal proche.

L’ancien marché, sur lequel se vendaient du bétail ainsi que toutes sortes d’objets, durait huit jours. Aujourd’hui, il se tient pendant 3 semaines groupées autour de la Saint-Barthélemy, le 23 août. Au fil du temps, le marché s’est de plus en plus transformé en une manifestation divertissante, une kermesse, car la fête patronale de la cathédrale a lieu pendant le Fouerzäit.

(Source : Josy Braun dans "A propos ... des fêtes et traditions)"

Dernière modification le