SpaceTech startups: la conquête spatiale depuis le Luxembourg La startup Maana Electric, exemple du développement de l'écosystème spatial luxembourgeois

Depuis le lancement de l'initiative Space Resources, en 2016, et la création de la Luxembourg Space Agency, en 2018, le Luxembourg montre sa volonté de créer un secteur spatiale solide, dynamique et innovant et de devenir un acteur international de premier plan dans ce domaine.

L'objectif de SpaceResources.lu est de faire en sorte que les ressources spatiales explorées sous sa juridiction servent un objectif pacifique, soient recueillies et utilisées de manière durable, compatible avec le droit international et dans l'intérêt de l'humanité.

Dans ce contexte, plusieurs sociétés et startups ont vu le jour au Luxembourg ces dernières années, qui font désormais partie du plan d'action national en matière de sciences et technologies spatiales 2020-2024.

Maana Electric: vers une technologie spatiale verte

Parmi ces startups, Maana Electric propose le développement d'un système autonome de production de panneaux solaires à base des ressources disponibles in situ, à savoir régolithe sur la Lune et sable sur la Terre.

Maana Electric propose TerraBox, une usine entièrement automatisée capable de produire des panneaux solaires en utilisant uniquement du sable et de l'électricité.

Quels sont les atouts principaux du projet de Maana Electric?

Tout d'abord, la production de panneaux solaires peu chers. En effet, en utilisant des matières premières à faible coût et leur propre électricité comme intrants, le coût des panneaux est considérablement réduit. Ainsi, les projets associés au photovoltaïque sont économiquement viables.

Ensuite, le fait que la production soit essentiellement locale: leur technologie permet l'utilisation de tout type de sable (un tiers de la planète Terre est recouverte de sable!) et leurs usines sont transportables, ce qui a un impact sur la réduction des émissions dues au transport.

Ainsi, la startup est capable de produire des panneaux solaires sans aucune émission de gaz à effet serre. Un projet, donc, qui permettrait non seulement le développement de technologies spatiales mais aussi une transition rapide vers les énergies renouvelables pour contribuer à freiner le réchauffement climatique.

Un écosystème spatial dynamique qui se consolide

L'annuaire de l'espace 2019 fournit une image actualisée et approfondie de l'industrie spatiale au Luxembourg avec environ 50 sociétés et organismes de recherche présents au Luxembourg, employant plus de 800 personnes.

Au-delà, l'avenir du secteur semble assuré. En effet, le programme d'accélération Fit 4 Start a ouvert une verticale dédiée au secteur: l'édition automne 2019 a accueilli les cinq premières startups issues du domaine spatiale: 3Dfarms (États-Unis), GlobeEye (France), Ilumbra (Luxembourg), RespectUs (Luxembourg) et WEO (Allemagne). En outre, la 10e édition Fit 4 Start sélectionnera de nouveau cinq startups liées au domaine spatial, mais cette fois-ci en ouvrant le spectre à d'autres sous-secteurs: SatCom (satellite de télécommunications), Earth Observation (observation de la terre), Navigation, Space Resources (ressources spatiales), Space Security (sécurité spatiale), Space Cybersecurity (cybersécurité spatiale) et Science.

Aussi, le lancement par l'Université du Luxembourg du Interdisciplinary Space Master montre l'engagement du pays en ce qui concerne le développement d'expertises clés. En effet, depuis l'automne 2019, ce Master unique en Europe vise à fournir aux étudiants les compétences d'ingénierie requises dans l'industrie spatiale, ainsi que les connaissances pour gérer les activités liées à l'espace.