Symboles nationaux Le lion rouge, un drapeau tricolore et Ons Heemecht – voici les trois symboles nationaux du Grand-Duché

Les symboles du Grand-Duché de Luxembourg ont une valeur de toute première importance, car ils représentent et symbolisent l’identité d’un peuple, sa souveraineté mais aussi son désir de "vivre ensemble".

En ce qui concerne l’Etat luxembourgeois, il faut relever:

  • les armoiries de l’Etat;
  • le drapeau luxembourgeois;
  • l’hymne national.

Les armoiries, le drapeau luxembourgeois et l’hymne national jouissent tous d’une protection légale

Armoiries nationales

Les armoiries du Luxembourg, maintes fois modifiées, ont été fixées dans les années 1235-1239 par Henri V, comte de Luxembourg.

La version désormais officielle montre comme éléments essentiels: burelé d'argent et d'azur de dix pièces au lion de gueules, armé, lampassé et couronné d'or, la queue fourchue et passée en sautoir.

Les armoiries du Grand-Duché de Luxembourg sont à trois échelons: les petites les moyennes et les grandes armoiries.

Petites armoiries
Moyennes armoiries
Grandes armoiries

Drapeau luxembourgeois

Le premier drapeau connu est porté par le comte Guillaume de Luxembourg en 1123. Il était burelé, donc rayé horizontalement, probablement jaune et rouge.

Aujourd’hui, le drapeau luxembourgeois se compose de trois bandes horizontales de couleurs rougeblanche et bleue ciel.

Pour distinguer le drapeau du Luxembourg de celui des Pays-Bas, une solution pragmatique a été adoptée: alors que le bleu néerlandais est un bleu outremer, celui du Grand-Duché est un bleu ciel (code couleur Pantone 299C).

Hymne national

L'hymne national (Mpeg, 1,84 Mo) est constitué par la première et la dernière strophe du chant Ons Heemecht (Notre Patrie) de 1859, un poème en langue luxembourgeoise de Michel Lentz, mis en musique par Jean-Antoine Zinnen.

Joué pour la première fois en public lors d'une grande cérémonie à Ettelbruck en 1864, l'hymne national luxembourgeois lance un vibrant appel à la paix et à la liberté.

Cet hymne exprime toute la joie du pays d'être parvenu à trouver son indépendance, dans la quiétude et la prospérité.

Le Sol natal (traduction)

Où l'Alzette arrose les prés
Et la Sûre les rochers,
La Moselle les bords pourprés
Où la vigne s'accroche,
C'est là le sol de notre amour
C'est la terre chérie,
Pour qui nous donnerions toujours
Notre sang, ô patrie!

Ô Toi, le Maître souverain
Des peuples de la terre,
Écarte de ta forte main
La menace étrangère:
Au mot de liberté, l'enfant
Sent son âme qui vibre,
Fais-nous, au soleil triomphant,
Rester un peuple libre.

(Traduction: Alliance pour la propagation
de la langue française - Comité de Luxembourg)

Ons Heemecht (original)

Wou d'Uelzecht durech d'Wisen zéit,
Duerch d'Fielsen d'Sauer brëcht.
Wou d'Rief laanscht d'Musel dofteg bléit,
Den Himmel Wäin ons mëcht.
Dat as onst Land, fir dat mir géif,
Heinidden alles won.
Ons Heemechtsland, dat mir sou déif
An onsen Hierzer dron.

O Du do uewen, deem séng Hand
Duurch d'Welt d'Natioune leet.
Behitt Du d'Lëtzebuerger Land
Vru friemem Joch a Leed!
Du hues ons all als Kanner schon
de fräie Geescht jo gin.
Looss viru blénken d'Fräiheetssonn
déi mir sou laang gesin.

Dernière modification le