Liichtmëssdag
Quand les enfants du Luxembourg vous apportent la lumière

Le 2 février, la veille du jour de la Saint Blaise, les enfants célèbrent Liichtmëssdag, la Chandeleur. Munis de Liichtebengelcher ou lampions, ils vont de porte en porte en chantant contre des sucreries et de la monnaie. Pour l’occasion, ils chantent une chanson traditionnelle connue par tous les enfants et qui commence par "Léiwer Härgottsblieschen...". 

Des petits pois et du lard

Après la fin de l’école ou en début d’après-midi, les enfants se munissent de leurs Liichtebengelcher avant de partir en groupes pour demander des sucreries et de la monnaie. Généralement, ces groupes sont formés par des enfants qui habitent un quartier ou une rue. Jadis, les enfants portaient des bougies au bout d’une tige en bois, mais pour des raisons de sécurité celles-ci ont été remplacées par des lampions colorés illuminés par une ampoule électrique.

Cette procession multicolore se déplace alors de maison en maison. Quand la porte s’ouvre, les enfants chantent leur chanson "Léiwer Härgottsblieschen" avec laquelle ils demandent littéralement "du lard et des petits pois". Et qui sait résister à un groupe de petits qui chantent de plein coeur, munis de lampions?

A la fin de leur trajet, le butin est distribué équitablement entre les enfants qui n’attendent que ce moment pour se réjouir des fruits de leur effort.

Un appel à Saint Blaise

Les origines du Liichtmëssdag remontent à l’époque pré-chrétienne, mais la fête est aujourd’hui liée au personnage de Saint Blaise, un des 14 saints auxiliaires. Il protège non seulement le bétail, mais aide aussi contre les maux de gorge, les ulcères et la peste. Le passage des enfants avec leurs lampions sert d’ailleurs à rappeler aux gens que le Christ s’est défini lui-même comme la lumière du monde qui porte la lumière dans les ténèbres.

Découvrez les fêtes et traditions luxembourgeoises au fil de l'année dans notre brochure "A propos ... des fêtes et traditions au Luxembourg".

© SIP

Si vous voulez apprendre la chanson, voici le texte:

Léiwer Härgottsblieschen,
Gitt ons Speck an Ierbessen
Ee Pond, zwee Pond,
Dat anert Joer da gitt der gesond,
Da gitt der gesond.
Loosst déi jonk Leit liewen
Loosst déi al Leit stierwen,
(Variante: an déi al derniewent)
Kommt der net bal,
D'Féiss ginn ons kal.
Kommt Der net gläich,
Da gi mer op d'Schläich.
Kommt der net geschwënn,
D'Féiss ginn ons dënn.
Kommt Der net gewëss,
Da kritt Der e Schouss voll Nëss.

Version de Nik Welter (1929)

Dernière modification le