Global Talent Competitiveness Index Le Luxembourg est le 8e pays le plus compétitif du monde en matière de talents

Quels sont les pays qui réussissent le mieux à attirer et garder les talents? Telle la question que se pose annuellement le Global Talent Competitiveness Index (GTCI), publié par l'école de commerce INSEAD. Et selon le GTCI, le Luxembourg est très compétitif dans la matière: une 8e place globale confirme l'attractivité du Luxembourg pour les talents domestiques et étrangers. Au sein des pays membres de l'UE, le Luxembourg occupe la 6e place.

Un pays ouvert et attractif

Dans ce monde de plus en plus globalisé, disposer d’une main d'oeuvre bien formée et motivée est un facteur-clé de la compétitivité territoriale. Or, les résultats de la 7e édition du GTCI confirment que le Luxembourg sait attirer et retenir des talents sur son territoire.

Selon le GTCI, le pays saurait surtout convaincre au niveau de l’attraction (2e place) et de la rétention de talents (4e place). En d'autres mots, le Luxembourg est un pays populaire parmi la communauté expatriée, qui apprécie le système des pensions stable et un système de la sécurité sociale performant. Traduit dans les chiffres d'INSEAD, le système des pensions rapporte au Luxembourg le 1er rang global (avec 100/100 points), tandis que le pays termine 3e au monde pour sa protection sociale (99 points).

Au niveau de l’attraction, c’est surtout l’ouverture externe où le Luxembourg fait bonne figure, c'est à dire le pouvoir du pays d'attirer des entreprises et talents étrangers, en arrivant au 2e rang (94/100). Si la culture d'accueil du Luxembourg, l'ouverture de sa population face aux étrangers et son multilinguisme sont d'autres atouts prisés par les talents, lanature intacte et les efforts pour une société pour durable n'ont pas échappé à leur attention non plus.

D'autres sous-indices où le Luxembourg excelle sont la productivité des employés (4e), les infrastructures TIC (1er) et l'activité entrepreneuriale (1er).

Des points à améliorer

Cependant, le bilan laisse également entrevoir quelques bémols et répertorie les domaines qui nécessitent des améliorations du côté luxembourgeois, notamment au niveau de l'éducation formelle, où le Luxembourg ne figure qu'à la 60e place, et la main d'oeuvre ayant suivi un enseignement secondaire, où le Luxembourg n'atteint que le 69e rang.

L'édition 2020 a comparé 132 pays sur base de 6 piliers: facilitateurs horizontaux, capacité d’attraction, capacité de développement capacité de rétention de talent, compétences moyennes/techniques de la force de travail et compétences élevées nécessaires pour l’innovation et l'entrepreneuriat.

Dernière modification le