Portrait de l'économie
De la sidérurgie aux écotechnologies – portrait de l’économie dynamique et fiable du Luxembourg

Plus que d’autres États souverains, le Luxembourg a su, tout au long de son histoire, mettre sur pied une politique économique favorable au développement de nouvelles activités, au moyen d’un cadre légal libéral, moderne et innovateur. Soucieux d’améliorer la compétitivité des entreprises et de diminuer leurs coûts de production, l’État luxembourgeois s'efforce à créer un cadre législatif propice au développement de l’économie.

Compétitivité

Les résultats de ces efforts se sont soldés par une performance régulièrement excellente dans les différentes études internationales relatives au thème de la compétitivité.

Ainsi, le pays se classe 12e au niveau mondial dans le Global Competitiveness Index d’IMD (2019), qui classe et analyse la capacité des nations à créer et à maintenir un environnement des affaires soutenant la compétitivité des entreprises. Dans le Global Competitiveness Report 2018 du Forum économique mondial (WEF), un rapport qui mesure le degré de compétitivité de 140 pays à travers le monde, le Grand-Duché décroche le 19e rang au niveau mondial (2018).

Diversification économique

C’est la découverte de minerai de fer vers la moitié du 19e siècle et le développement d’une puissante industrie sidérurgique à l’échelle mondiale qui sont à l’origine de la richesse du Grand-Duché. Pendant de longues années, la société sidérurgique fondée en 1911, l’ARBED, a été l’employeur, le contribuable et l’exportateur le plus important du Grand-Duché. Dans les années 1970, les retombées soudaines de la crise mondiale du secteur sidérurgique ont frappé de plein fouet l’économie luxembourgeoise.

Diversification industrielle

Conscientes du danger inhérent au monolithisme lié à l’industrie sidérurgique, les autorités politiques ont œuvré, dès les années 1960, à une diversification industrielle.

Les actions se sont soldées par un succès remarquable: à l’industrie lourde classique sont venues s’ajouter d’autres entreprises industrielles de toutes tailles appartenant aux branches d’activité les plus variées et utilisant des technologies de pointe.

Vers une économie de services

La transformation d’une économie industrielle largement dominée par la sidérurgie vers une économie de services, dominée par les services financiers, s’est quasiment réalisée en une seule décennie à partir du milieu des années 1970.

Aujourd’hui, le secteur financier est le principal moteur de l’économie luxembourgeoise. La place financière compte parmi les places financières internationales les plus importantes et dans le domaine des fonds d’investissement, le Luxembourg occupe le 1er rang dans l’Union européenne et le 2e rang mondial.

Le secteur financier s’est diversifié en interne les dernières années en soutenant notamment le développement du secteur des finances durables. En effet, avec le Luxembourg Green Exchange (LGX) le pays s’est doté de la première bourse exclusivement vouée à la finance verte au monde en 2016. Un effort régulièrement reconnu par des benchmarks internationaux, comme le Global Green Finance Index, dans lequel le Luxembourg est classé 2e au niveau mondial pour la profondeur de la finance verte (2019).

Toutefois, conscientes des risques d’une dépendance prononcée de l’économie envers un seul secteur, les autorités luxembourgeoises poursuivent une politique de diversification du tissu économique national à travers une stratégie de spécialisation multi-sectorielle. En soutenant prioritairement les technologies de l’information et de la communication, la logistique, les technologies de la santé et les écotechnologies, la recherche, l’industrie aérospatiale ou le secteur maritime, le Luxembourg promeut activement la diversification de son économie.

Diversification économique

C’est la découverte de minerai de fer vers la moitié du 19e siècle et le développement d’une puissante industrie sidérurgique à l’échelle mondiale qui sont à l’origine de la richesse du Grand-Duché. Pendant de longues années, la société sidérurgique fondée en 1911, l’ARBED, a été l’employeur, le contribuable et l’exportateur le plus important du Grand-Duché. Dans les années 1970, les retombées soudaines de la crise mondiale du secteur sidérurgique ont frappé de plein fouet l’économie luxembourgeoise.

Diversification industrielle

Conscientes du danger inhérent au monolithisme lié à l’industrie sidérurgique, les autorités politiques ont œuvré, dès les années 1960, à une diversification industrielle.

Les actions se sont soldées par un succès remarquable: à l’industrie lourde classique sont venues s’ajouter d’autres entreprises industrielles de toutes tailles appartenant aux branches d’activité les plus variées et utilisant des technologies de pointe.

Vers une économie de services

La transformation d’une économie industrielle largement dominée par la sidérurgie vers une économie de services, dominée par les services financiers, s’est quasiment réalisée en une seule décennie à partir du milieu des années 1970.

Aujourd’hui, le secteur financier est le principal moteur de l’économie luxembourgeoise. La place financière compte parmi les places financières internationales les plus importantes et dans le domaine des fonds d’investissement, le Luxembourg occupe le 1er rang dans l’Union européenne et le 2e rang mondial.

Le secteur financier s’est diversifié en interne les dernières années en soutenant notamment le développement du secteur des finances durables. En effet, avec le Luxembourg Green Exchange (LGX) le pays s’est doté de la première bourse exclusivement vouée à la finance verte au monde en 2016. Un effort régulièrement reconnu par des benchmarks internationaux, comme le Global Green Finance Index, dans lequel le Luxembourg est classé 2e au niveau mondial pour la profondeur de la finance verte (2019).

Toutefois, conscientes des risques d’une dépendance prononcée de l’économie envers un seul secteur, les autorités luxembourgeoises poursuivent une politique de diversification du tissu économique national à travers une stratégie de spécialisation multi-sectorielle. En soutenant prioritairement les technologies de l’information et de la communication, la logistique, les technologies de la santé et les écotechnologies, la recherche, l’industrie aérospatiale ou le secteur maritime, le Luxembourg promeut activement la diversification de son économie.

Zum letzten Mal aktualisiert am