Production audiovisuelle
Le film luxembourgeois brille de mille feux sur le tapis rouge

Loin de pouvoir se targuer d'une longue et riche tradition cinématographique nationale, le Grand-Duché de Luxembourg a su ces dernières années trouver sa place dans l’industrie audiovisuelle internationale. Preuve est que de nombreuses (co)productions sont primées à l'occasion des festivals de film internationaux.

Le gouvernement luxembourgeois mène une politique active de développement des services audiovisuels et de la communication. Comme expression de cette politique proactive, le Luxembourg a adopté au début des années 1990 plusieurs schémas d’accompagnement public destinés à encourager le développement de la production audiovisuelle.

Le secteur de la production cinématographique

Malgré l’absence d’une longue tradition cinématographique nationale, le Grand-Duché a su développer une production cinématographique riche et reconnue par l’industrie audiovisuelle internationale, comme en témoignent les nombreux prix et récompenses obtenus lors de festivals internationaux ces dernières années.

Une professionnalisation conséquente du métier a élargi les possibilités de coproduction avec l'étranger. Dès lors, les productions se sont multipliées au Grand-Duché, non seulement en raison d’un cadre législatif avantageux, mais aussi grâce aux excellentes infrastructures techniques et aux compétences grandissantes de l'industrie de production locale.

Le secteur de l'animation

Le secteur de l'animation a connu une éclosion semblable à celle du secteur de la production cinématographique. Le fait que plusieurs coproductions luxembourgeoises, notamment Ernest et Célestine (Studio 352) et Mr. Hublot (Zeilt Productions) en 2014 ainsi que The Breadwinner en 2018, ont été nominées aux Oscars, illustre quel bel parcours le secteur de l'animation a fait au Grand-Duché de Luxembourg.

Il y a une demi-douzaine de studios d’animation exerçant au Luxembourg. Ceux-ci développent leurs propres productions ou coproductions ou louent leurs services à des productions étrangères. Les mécanismes de soutien à la production audiovisuelle ont dans ce secteur parfaitement joué leurs rôles d’incitants, ce qui a permis de voir l’émergence d’une véritable plateforme industrielle de haut niveau.

Filmland Kehlen

Le Grand-Duché de Luxembourg a désormais son little Hollywood à l'ouest du pays, le Filmland Kehlen. Il s'agit d'un one stop shop en matière de production audiovisuelle, une véritable plaque tournante pour des productions cinématographiques nationales et internationales.

L'infrastructure est impressionnante: plus de 4.000m2 de studios de tournage, deux ateliers de construction de 400m2 chacun, 500m2 de bureaux de production, des studios de montage image et son, un auditorium de mixage final, une salle d'étalonnage et des cellules d'effets spéciaux, équipements pour des tournages en green screen. Plusieurs sociétés de production cinématographiques luxembourgeoises y ont regroupé leurs activités. 

Soutien au secteur audiovisuel

Le Film Fund Luxembourg et le Centre national de l’audiovisuel fournissent aide et soutien aux professionnels du secteur audiovisuel.

Fonds national de soutien de la production audiovisuelle (Film Fund Luxembourg)

Le Fonds national de soutien de la production audiovisuelle ou Film Fund Luxembourg, créé en 1990, soutient la production, la coproduction et la distribution des oeuvres d'origine luxembourgeoise. Avec la création du Film Fund, le gouvernement voulait favoriser le développement d'une véritable industrie du cinéma.

Le Film Fund soutient le cinéma luxembourgeois à travers des subsides indirects, appelés AFS (aides financières sélectives) pour l'écriture de scénarios, le développement et la production de courts métrages, longs métrages et documentaires. Ces aides sont des avances sur recettes.

Centre national de l’audiovisuel (CNA)

Le CNA a pour mission de collecter, de restaurer, de préserver et de diffuser le patrimoine audiovisuel national. Dans le cadre de ses activités de production, le centre apporte son soutien à des documentaires et à d’autres productions audiovisuelles. Il réalise des expositions et des publications et organise des manifestations publiques qui relèvent du domaine audiovisuel.

Dernière modification le