Depuis des décennies déjà le secteur de la production audiovisuelle attire les foules vers les salles de cinéma. Les productions luxembourgeoises et internationales en coproduction ont même su convaincre le public en dehors du Grand-Duché

Ce succès est en grande partie attribuable à l’engagement sans faille du Luxembourg Film Fund. Cet établissement public, placé sous la tutelle du ministre de la Culture et du ministre en charge du secteur de l’audiovisuel, a pour ambition de développer la production audiovisuelle au Luxembourg. À lui incombent plusieurs rôles: promouvoir la création cinématographique et audiovisuelle, encourager la production et la coproduction ainsi que la distribution d’œuvres cinématographiques.  

Un secteur en pleine expansion 

Le Film Fund soutient le secteur des productions audiovisuelles par les présences sur les festivals internationaux ou fait la promotion du Luxembourg comme site de production.

Une stratégie qui semble porter ses fruits car le Grand-Duché se fait de plus en plus remarquer sur les tapis rouges dans le monde. Songeons à titre d’exemple au triomphe de Mr Hublot qui a décroché un Oscar en 2014. D’autres productions pourraient lui emboîter le pas, car un tas de films accumulent les sélections aux festivals les plus renommés. Tel Aviv on Fire (Samsa Films), Zéro impunité (a_BAHN, co-prod. Mélusine Productions), Les Hirondelles de Kaboul (Mélusines Productions), l’Orphelinat (Samsa Films) et Deux d’entre nous (Tarantula) ont représenté le Luxembourg au Palm Springs International Film Festival en janvier dernier. 

© Samsa Film

La comédie "Tel Aviv on Fire" a représenté le Luxembourg à la 92e édition des Oscars dans la catégorie "International Feature Film". "Tel Aviv on Fire" est une coproduction majoritaire luxembourgeoise qui a été tourné à plus de 70% au Luxembourg.

© ZEILT productions - WATT frame - Arte

Le film d'animation luxembourgeois Mr Hublot, nommé aux Oscars dans la catégorie "best animated short film" a décroché à Los Angeles le prix du meilleur court-métrage international. "Mr Hublot" a été entièrement produit et fabriqué au Grand-Duché.

© Samsa Film

Affiche du film "Eng Nei Zäit" (Demain, après la guerre). Film luxembourgeois produit par Samsa Film, lauréat du Trophée francophone de la réalisation (Christophe Wagner) à la 4e cérémonie des Trophées francophones du cinéma à Beyrouth (Liban).

Mais les films luxembourgeois se trouvaient également sur le devant de la scène du prestigieux Sundance Festival qui a eu lieu du 23 janvier au 2 février 2020. Jumbo (Les Films Fauves), Collectif (Samsa Film) et Yalda, une nuit de pardon (Amour Fou Luxembourg) sont entrés cette année en compétition au principal festival de film américain de cinéma indépendant.

D’ailleurs, Jumbo (Les Films Fauves) et Yalda, A Night Of Forgiveness (Amour Fou Luxembourg) sont à leur tour retenus dans la sélection officielle de la 70e édition du Festival international du film de Berlin (Berlinale) qui se déroule du 20 février au 1er mars dans la capitale allemande.

Un investissement rentable

Le plus grand succès jamais connu fut indéniablement celui du triomphe de Mr Hublot, film d’animation ayant décroché le prix du meilleur court-métrage international en mars 2014 aux Oscars. Ce court-métrage a été entièrement produit et fabriqué au Grand-Duché de Luxembourg par le producteur Laurent Witz (Zeilt Productions) en co-réalisation avec le Luxembourgeois Alexandre Espigares, ancien étudiant en BTS animation au Lycée Technique des Arts et Métiers de la ville de Luxembourg. Avant sa consécration à Los Angeles, le film s’est vu couronné d’une multitude de  récompenses prestigieuses notamment aux festivals internationaux (International 3D Society, Irvine International Film Festival, Kerry Film Festival, 3D Stero Media, Les Nuits Magiques, Animage, etc.).

En 2019, deux films luxembourgeois ont remporté des prix au Festival International du Film de Thessalonique. Viendra le Feu d'Oliver Laxe, coproduit par Tarantula Luxembourg, a remporté l'Alexandre d'Or du meilleur long-métrage et le film d'animation coproduit par Melusine Productions, Les Hirondelles de Kaboul de Zabou Breitman et Éléa Gobbé-Mévellec, a pour sa part été récompensé par le prix Open Horizons.

La société de production a_BAHN s'est distinguée aux presitigieux VR Days Europe à Amsterdam avec le Halo Award pour 7 Lives de Jan Kounen et le Creative Accomplishment Halo Award pour Cosmos Within Us de Tupac Martir.

© Iris Productions / Film Fund Luxembourg

Christelle Leblanc, incarnée par Désirée Nosbusch est de retour pour une deuxième saison dans la série Bad Banks. Bad Banks a été nominée dans la catégorie "Meilleure série dramatique" des International Emmy Awards 2019. 

© Film Fund Luxembourg / a_BAHN Luxembourg

La société de production a_BAHN s'est distinguée aux presitigieux VR Days Europe à Amsterdam avec le Halo Award pour 7 Lives de Jan Kounen.

Un coup de pouce financier qui porte ses fruits

En cette année 2020, 19 projets audiovisuels sur 32 ont pu profiter d’une aide financière, ceci pour un coût total de presque 10 millions d’euros. Un investissement qui en vaut la chandelle, car ce soutien financier se fait de plus en plus sentir sur les tapis rouges du monde entier: les mérites comprennent les trophées aux Academy Awards, les compétitions de Cannes, Angoulême, Toronto, Busan ainsi que les Magritte du cinéma en Belgique.

De 1990 jusqu’à ce jour, plus de 600 œuvres audiovisuelles ont été produites grâce au mécanisme des programmes d’aides. Des productions luxembourgeoises comme Superjhemp retörns, Grand H, Histoire de femmes ou des séries renommées comme Bad Banks ont su profiter d’un tel dispositif de financement. Sur le petit écran, 24 épisodes de la série documentaire routwäissgro (bleu, blanc, gris), réalisée par des auteurs-réalisateurs luxembourgeois indépendants regroupés sous le nom de Kollektiv 13, jouissent aussi aussi du soutien du Film Fund.  

Des coproductions de films entre des sociétés luxembourgeoises avec des partenaires internationaux se voient également accorder de telles subventions comme par exemple pour les films Sawah (2019), Tel Aviv on Fire (2019) ou Colonia Dignidad (2016).  

Luxembourg Film Awards

Tous les deux ans depuis 2003, le tapis rouge accueille la fine fleur du cinéma luxembourgeois pour la cérémonie des Luxembourg Film Awards. Cette remise de prix, qui salue les meilleures productions luxembourgeoises, est organisée par le Film Fund en étroite collaboration avec l'Académie du cinéma au Luxembourg (d'Filmakademie), créée en 2012 à l'initiative des associations des techniciens du film (ALTA), des réalisateurs et scénaristes (LARS), des comédiens (ACTORS.LU) et des producteurs (ULPA).

Mais le Lëtzebuerger Filmpräis ne se limite pas seulement à une simple consécration des lauréats ou une quête de reconnaissance de ceux-ci. Le but de cette cérémonie est de mettre en valeur les œuvres de qualité, d’encourager la création cinématographique, de favoriser le développement de l’industrie du film au Luxembourg et d’attirer l’attention du public sur les productions luxembourgeoises.

Comme les plus prestigieuses récompenses du film luxembourgeois sont un événement bisannuel, il convient de rappeler que les paillettes et les smokings seront de nouveau de sortie pour la 9e édition du Lëtzebuerger Filmpräis en septembre prochain.

En 2018 neuf prix ont été décernés:

  • le Prix du meilleur film luxembourgeois (long-métrage luxembourgeois de fiction ou d'animation),
  • le Prix de la meilleure coproduction de fiction,
  • le Prix de la meilleure coproduction d'animation,
  • le Prix du meilleur court-métrage de fiction,
  • le Prix du meilleur court-métrage d'animation,
  • le Prix du meilleur documentaire, 
  • le Prix de la meilleure contribution artistique (acteur, scénario et musique),
  • le Prix de la meilleure contribution technique (son, montage, image, décor, costumes, maquillage).  

Les récompenses sont représentées par des statuettes créées en 2003 par l'artiste luxembourgeoise Patricia Lippert.