Arts et métiers L'art et l'artisanat vont de pair au Luxembourg

Initiée par le couple grand-ducal héritier, la biennale luxembourgeoise des métiers d'art, De Mains de Maîtres, souhaite donner plus de visibilité aux professions artistiques au Luxembourg et engager davantage les nouvelles générations dans cette voie créative.

Une initiative royale avec un immense succès populaire

Leurs Altesses Royales le Grand-Duc Héritier et la Grande-Duchesse Héritière ont lancé l'initiative De Mains de Maîtres afin de représenter les métiers d'art d'aujourd'hui au Grand-Duché. L'exposition de ce "carrefour de l'art et de l'artisanat" présente la recherche d'innovation dans le secteur, témoigne de la transmission du geste et du savoir-faire et valorise les talents créatifs du pays même à l'internationale. 

La première édition de De Mains de Maîtres a eu lieu en décembre 2016. Dû au grand succès de ce premier salon, Son Altesse Royale la Princesse Stéphanie de Luxembourg ensemble avec la Chambre des Métiers, la Banque et Caisse d'Épargne de l'État et Monsieur Roland Kuhn, ont créé en mai 2017 une association sans but lucratif, dédiée à la promotion des métiers d'art et destinée à s'occuper des éditions futures de la biennale.

En novembre 2018, la deuxième édition a lieu à nouveau au 19 Liberté à Luxembourg-ville. Cette fois-ci la biennale a profité encore de plus d'espace d'exposition et a été enrichie par une exposition de photographies sur le thème de l'artisanat, issues de la collection de la BCEE. De nouveaux partenaires, comme les "d'stater muséeën", des galeries et des artistes ont élargi les possibilités d’approche en recherchant des points de vue variés par les visiteurs

En raison de la crise sanitaire, l'édition 2020 a été reportée à 2021. 

Une biennale thématique d'une renommée internationale et dotée de prix

Les artisans sélectionnés pour la biennale De Mains de Maîtres peuvent profiter non seulement de la renommée internationale du projet, mais aussi mettre en lumière leur travail selon un thème spécifique. Et ils ont peut-être la chance qu ce soit exactement leur création qui est recompensée par un prix.

Au niveau international, les artistes de l'édition 2016 ont été exposés fin 2017 à l'ambassade du Luxembourg à Bruxelles et à la Galerie Lin Deletaille. En mai 2019, l'édition 2018 de De Mains de Maîtres voyageait au Grand Palais à Paris pour Révélations, la biennale internationale des métiers d'art et de la création contemporaine. Le Luxembourg était le pays invité d'honneur pour cette 4e édition de ce rendez-vous incontournable de la création française et internationale.

Les deux premières expositions ont eu lieu sous les thèmes de De Mains de Maîtres (2016) et Gestes & Merveilles (2018). L'édition de 2021 se présentera sous le titre de Viv(r)e la matière. Pour chaque édition, les organisateurs décernent un prix du jury et un prix du public. En 2018, Léa Schroeder a été la lauréate du prix du public. 

En 2020, une bourse exceptionnelle à la création De Mains De Maîtres vise à soutenir un créateur-artisan d'art talentueux résidant au Luxembourg. Cette aide exceptionnelle est supposée de soutenir un artisan d'art dans sa création pendant la crise sanitaire touchant tous les domaines entrepreneuriaux. Vous trouvez plus de détails sur la bourse ici

Léa Schroeder – créatrice éclectique

Créative depuis son enfance­ - sa mère l'a initiée à la céramique à l'âge de 4 ans - Léa Schroeder a fait ses études en Art Design à Paris. Elle a appris son métier de la création à la production et a pu faire pendant sa formation des expériences professionnelles auprès de grandes marques comme Louis Vuitton et Hermès. Plus tard, elle s'est spécialisée dans l'accessoire lors d'une formation à Milan auprès d'un des plus grands groupes de luxe du monde et, de retour de Paris, elle a signé finalement un contrat de travail auprès de Lancel

 

 

L’envie de faire ses propres designs devenait néanmoins de plus en plus fort et le manque de mettre littéralement les mains à la pâte ont déclenché en même temps le désir de devenir autonome et de retourner au Luxembourg. Le retour au pays natal s’est fait pas à pas par différents projets comme des expositions au Konschthaus beim Engel, dans le cadre de Design City ou lors de la biennale De Mains de Maîtres. Avec ce dernier projet, qui était le premier grand travail d’indépendante, le rêve de la liberté s’est réalisé concrètement. 

Être dans la scène luxembourgeoise veut dire pour Léa Schroeder valoriser le travail local et montrer le Luxembourg à l’extérieur. Le Grand-Duché est aujourd’hui son pied à terre, mais elle continue à travailler aussi à l’étranger. Les métiers d’art sont pour elle d’une grande importance, car ils représentent l’excellence du savoir-faire en combinant la plus grande qualité en design, matière et technique. Elle ne produit pas seulement sa propre marque, mais elle réalise également des projets pour autrui, agit comme consultante et aime partager son expérience et know-how avec d’autres producteurs.

Léa Schroeder est une artiste polyvalente: elle travaille aussi bien dans la céramique, que dans le graphisme et le textile. Chaque produit est conçu comme paquet total: le produit, l’emballage, la communication et la présentation. Les céramiques, réalisées en faïence cloisonnée, se font sur commandes spéciales aussi. Elle trouve son inspiration dans les histoires, les cultes et traditions. Le spirituel représente la relation entre l’homme et la nature dont l’interprétation est pour elle la base de toute création. Léa Schroeder développe ses idées de manière digitale et artisanale: deux éléments qui sembleraient contraires mais sont en fait complémentaires pour la créatrice, qui ne peut se passer ni de l’un ni de l’autre.

Actuellement son studio est au 1535° à Differdange où elle profite de l’environnement innovant et des échanges entre créateurs. Artiste et commerçante en même temps, elle conseille aux jeunes entrepreneurs de croire en soi et leur projet, de se former et s’informer continuellement, de se diversifier et réinventer en permanence et de se lancer dans ce voyage qu’elle définit comme découverte continue.

"L'idée et l’impact intellectuel d’une création doivent être justes, tout comme son exécution."