Le Luxembourg passe aux transports publics gratuits

Depuis le 29 février 2020 le transport public est gratuit au Luxembourg. La célébration de cet événement sans pareil s'est faite avec des mini-concerts dans les gares et un grand concert exceptionnel au "Neien Tramsschap" à Kirchberg. L’entrée aux concerts était évidemment ... gratuite. 

Fini le ticket des transports en commun. À partir du mois de février, le Luxembourg permet à ses citoyens et non-résidents de traverser le pays d'un bout à l'autre sans jamais devoir mettre la main au portefeuille. En clair, les trajets en transport public sont désormais gratuits pour tous. La gratuité concerne tous les modes de transport sur le territoire luxembourgeois financés par l’État qu’il s’agisse des bus, trains et tramways (CFL, Luxtram, RGT, TICE). Les bus de la Ville de Luxembourg (AVL) ont également suivi le mouvement.  

© SIP / Sven Knepper

Gratuité des transports collectifs: les bus de la Ville de Luxembourg (AVL) suivent eux aussi le mouvement. 

© SIP / Christian Aschman

La mobilité gratuite peut avoir un impact positif sur l’environnement en attirant de nouveaux usagers vers le transport public.

Transport gratuit, concerts gratuits

Avec la gratuité des transports collectifs, le Grand-Duché devient ainsi le premier pays d’Europe où les transports en commun sont totalement gratuits à l’échelle nationale.

Afin de mettre à l’honneur cet acte exceptionnel, des événements festifs ont été organisés sur l’ensemble du pays. Le coup d’envoi des célébrations a eu lieu le 29 février, dans l’après-midi avec douze mini-concerts qui ont eu lieu sur des petites scènes dans les gares de Belval-Université, Gare de Luxembourg, Pfaffenthal-Kirchberg et Ettelbruck.

Des groupes de musiques déambulatoires ont accompagné les voyageurs dans les trains, trams et bus. Parmi eux ont figuré les artistes Serge Tonnar et Michel Reis, qui se sont produits respectivement dans le funiculaire et dans le tram.  

Le soir, les musiciens se sont retrouvés tous pour un grand concert au "Neien Tramsschapp" à Kirchberg. Le centre de remisage est devenu un lieu de festival de musique avec deux scènes: une scène plus intimiste dans le chapiteau "Spigelzelt", palais des glaces du début du 20e siècle, installé à l’extérieur ainsi que la grande scène "Tramsschapp" au hall de remisage du tram.

©Mark Angelo/Pexels

Programme:

Midi à 18h : les artistes se sont prouits à Belval-Université, Gare de Luxembourg, Pfaffenthal-Kirchberg et Ettelbruck et dans les trains, bus et le tram : AEM, Alfalfa, Aamar, Cheak !, MAZ, Oke Khalid , Michel Reis feat. Studnitzky, EDSUN, Nicool, Serge Tonnar, Stayfou et Tuys.

18h: DJ DEE (Scène Tramsschapp)
19h15: Michel Reis feat. Studnitzky (Scène Spigelzelt)
20h15: EDSUN (Scène Tramsschapp)
21.00: Serge Tonnar (Scène Spigelzelt)
21h45: Tuys ((Scène Tramsschapp)
22h30: Nicool (Scène Spigelzelt)
23h15: Stayfou (Scène Tramsschapp)
24h - 01h: DJ Nosi (Scène Tramsschapp)

Mesure sociale et écologique

Le 29 février le Luxembourg a instauré l’accès libre à son réseau de transport public. Le Grand-Duché, où depuis 2018 les transports étaient déjà gratuits pour tous les jeunes de moins de 20 ans et les étudiants, devient ainsi le premier pays d’Europe où les transports en commun sont totalement gratuits. 

La décision de passer à la mobilité gratuité s'appuie sur un programme ambitieux et un coût de 40 millions d’euros. C’est le montant que rapportent les billets et abonnements par an et qui ne représentent que 8% des coûts des transports publics. Ainsi, le coût de la mesure, compensée par le biais fiscal, a été jugé acceptable, car d’après l’équation financière celle-ci est avant tout sociale. De plus, par son aspect écologique, la gratuité peut avoir un impact positif sur l’environnement en attirant de nouveaux usagers vers le transport public tout en minimisant les émissions de carbone grâce à la réduction du nombre de voitures sur la route. 

Dernière modification le