Le pavillon luxembourgeois, un manifeste de l’économie circulaire Le pavillon témoigne de l’engagement du Luxembourg dans la construction responsable de demain

Le pavillon du Luxembourg à l’Exposition universelle à Dubaï sera une vitrine inoubliable pour faire rayonner le Grand-Duché dans le monde entier. Sa silhouette, à l’image de l’économie circulaire, symbolise l’ouverture et le dynamisme du pays.  

Au loin, sous la chaleur harassante de Dubaï, une construction aux allures futuristes se détache de manière originale dans cette région aride qui enserre la ville des Émirats arabes unis. C’est ici, sur 438 ha dans la ville Jebel Ali, que le pavillon luxembourgeois s’ancre dans le futur parmi tant d’autres prouesses architecturales qui l’entourent sur le site de l’Exposition universelle.

L’événement gigantesque est divisé en trois artères, chacune dédiée à un thème général: "Opportunité", "Mobilité" et "Durabilité". Ces zones thématiques, dans lesquelles les pays participants ont construit leur pavillon, entourent la place centrale de l’Expo 2020. 

Le pavillon du Luxembourg

Le pavillon luxembourgeois pointe son nez dans le district "Opportunité", troisième sous-thème considéré comme clé pour saisir les enjeux du monde de demain.

La silhouette de la structure, à l’image du thème principal de l’événement "Connecter les Esprits, Construire le Futur", constitue un signal pour l’avenir en développement. Sa forme ondulée qui dialogue avec les courbes futuristes d’autres joyaux sur le site de l’exposition, est basée sur l’idée du ruban de Möbius. Elle se veut un exemple de respect des principes de l’économie circulaire, symbolisant l’ouverture et le dynamisme du pays. Mais c’est aussi à travers son appellation Resourceful Luxembourg, que le projet exprime la vision du Grand-Duché en termes de circularité et de développement durable.

Derrière cette prouesse imposante se cachent les architectes de l’atelier METAFORM, dont le geste architectural s’associe à une scénographie immersive impressionnante. Celle-ci donne des informations générales sur le pays et ses habitants, les différents secteurs de l’économie et la vie au quotidien pour terminer par les aspects les plus conviviaux.

© METAFORM
© METAFORM

Le matériel à l’image du concept

Fidèle à l’idée de circularité de l’événement, le pavillon témoigne de l’engagement du Luxembourg et des architectes dans la construction responsable de demain. Le bâtiment, d’une largeur de 50 mètres et d’une hauteur de 21 mètres, est habillé de matériaux facilement recyclables.

C'est pourquoi le pavillon est essentiellement constitué d'acier - mais l'acier a également été choisi en raison de sa très grande complexité. Ce type de géométrie de bâtiment est difficile à réaliser dans tout autre matériau. Une partie de l'acier provient d'Arcelor Mittal. Mais, d’après les architectes, l'idée était d'utiliser le moins de matériaux différents possible.

La surface de 2.100m2 sur laquelle le pavillon repose, est en béton. Le reste est constitué d'isolant et de plaques de plâtre. Tout peut être démonté sans problème et tous les matériaux peuvent être séparés facilement.

Pourtant il reste un bémol. L'enveloppe - le ruban de Möbius - est constituée d'une membrane renforcée de fibres de verre, laquelle est pratiquement impossible de recycler. Cependant, il a été convenu avec le fabricant qu'il reprendrait la membrane et la réutiliserait, selon les dires du bureau d’architectes. 

À l'origine, il était prévu d'utiliser une membrane en PVC. Cela aurait été tout à fait recyclable. Mais, les autorités de Dubaï ont appliqué au pavillon les exigences en matière de protection contre les incendies qui sont employées pour tout immeuble de grande hauteur à Dubaï. C'est pourquoi la membrane renforcée de fibres de verre a été utilisée.  

© Jangled Nerves
© METAFORM

La scénographie, une belle carte de visite

Le pavillon du Grand-Duché constitue un point de repère incontournable de l’Expo de Dubaï, non seulement parce qu’il est le seul à disposer d’un toboggan géant, mais c’est surtout à travers ce pavillon futuriste que le Luxembourg entend faire des étincelles lors de cet événement pharaonique. En d’autres termes, la présence à Dubaï est l’occasion pour le Grand-Duché de mettre en vitrine ses atouts, sa diversité, son histoire et son innovation associés à ses compétences en matière de transition écologique, de connectivité et de durabilité.  

Tous ces objectifs sont traduits en une scénographie ambitieuse qui vise à présenter le Luxembourg comme un pays exceptionnel avec du potentiel. Les caractéristiques du pays sont déclinées en cinq segments (diverse, connecting, sustainable, enterprising, beautiful), chacun exposé sur les différents étages du Pavillon.

Du point culminant du pavillon, les visiteurs pourront choisir de descendre au rez-de-chaussée par les escaliers ou par le toboggan, clin d’œil à la "Schueberfouer" , vieille tradition luxembourgeoise.

Au rez-de-chaussée, ils découvriront le shop et le restaurant, la "Schengen Lounge". Le pavillon est doté d’une salle de réunion, "Melusina", qui tient son nom du mythe fondateur du Luxembourg. Le temps moyen de parcours est estimé à 15 à 20 minutes. Avec ses 3 étages, le pavillon aura une capacité de 500 personnes.  

Dernière modification le