Esch2022 - des lieux à découvrir Diversifié, durable et artistique – trois caractéristiques des endroits mis en lumière

Le lancement de l'année culturelle est l'occasion idéale de présenter quelques temps forts du programme. Étant impossible de faire un choix parmi les centaines de projets, événements et spectacles, tous uniques dans leur genre, nous allons vous présenter des lieux très particuliers, qui ont été ré-aménagés et ré-activés pour Esch2022 et bien au-delà! Partez avec nous à cette découverte culturelle au sud. 

La Massenoire, Belval

Le nom de Massenoire se réfère à la masse noire, un matériau de couleur noire qui était produit dans le haut-fourneau. Le lieu a été exploité de 1965 jusqu'à la fin des années 70. Aujourd'hui, le Fonds-Belval organise des expositions et des événements dans ce lieu historique pour documenter l'histoire de l'usine et de l'industrie lourde du quartier Belval.

De février 2022 à 2023 la Massenoire vous entraîne dans un voyage dans le passé, le présent et l'avenir:

  • "Remixing Industrial Pasts", une exposition audiovisuelle et interactive de Tokonoma et 2F Architettura en collaboration avec Luxembourg Centre for Contemporary and Digital History (C2DH) et l'Université du Luxembourg sur le processus d'industrialisation de désindustrialisation du Luxembourg et la relation entre l'industrie, les hommes et le paysage.
  • "Respire". Nous avons tous besoin d'air pur pour pouvoir vivre. L'École nationale supérieure d'art et de design de Nancy (ENSAD) donne dans cette exposition des informations instructives sur la qualité de l'air et la respiration, et pose la question de ce qui pourrait être une politique plus endurable qui nous empêchera de manquer d'air un jour.
  • "Frontaliers. Des vies en stéréo" est un projet documentaire du photographe-réalisateur Samuel Bollendorff et du documentariste Mehdi Ahoudig sur la région frontalière, les "frontaliers" et les disparités sociales entre la France et le Luxembourg.

 

© Le Fonds Belval
© Le Fonds Belval

Le pavillon Source Bel-Val, Sanem

La commune de Sanem elle est la plus grande commune du canton Esch-Alzette. Avec l'implantation de l'industrie métallurgique vers 1900, la localité de Belvaux a connu une croissance démographique importante. Elle compte encore aujourd'hui le nombre d'habitants le plus élevé de toute la commune.

En 1885, Joseph Steichen, conseiller à la Cour supérieure de justice à Luxembourg, hérite la ferme "Ernshof" sur le site de Belvaux, et y découvre une source d'eau minérale d'une qualité exceptionnelle. L'eau, riche en sels minéraux, calcium et fer et dotée d'autant plus de vertus curatives, est mis en bouteille et commercialisée de 1893 jusqu'en 1935. Elle atteint une renommée internationale et est exportée dans le monde entier

© Archives communales Sanem
© Archives communales Sanem

Redécouverte lors de travaux de sondage sur les friches industrielles de la région, la commune décide de redonner une visibilité à l'histoire de la source Bel-Val et son succès méconnu dans l'histoire du Luxembourg par la construction d'un pavillon récréatif pour Esch2022. Le projet se présente sous forme circulaire et de grands "parapluies". Le lien à la source (à 200 mètres de distance du pavillon) est créé par la réalité augmentée. 

© BeBunch
© BeBunch

L'Albert-Hames-Haus, Rumelange

Rumelange était jusqu'en 1978 une ville minière. Pour l'année culturelle, cette commune dynamique et ouverte, veut afficher son ancrage au passé et son élan vers le futur.

Le sculpteur, restaurateur et professeur en éducation artistique Albert Hames (1919-1989), originaire de Rumelange, a influencé la vie culturelle de la ville pendant toute sa vie. Ses maisons et son atelier sont réhabilités par la municipalité dans un lieu ciblant le tourisme créatif. SPEKTRUM est le projet phare de la commune de Rumelange. Il inclut le site Albert-Hames-Haus, qui se compose lui-même d'un hébergement touristique, d'un espace culturel et de résidences d'artistes. La programmation prévoit des ateliers et projets artistiques très innovants. L'Albert-Hames-Haus offre ainsi différentes formules aux touristes, visiteurs et résidents temporaires, qui peuvent glisser selon leurs envies dans le rôle du consommateur passif ou actif, du créateur, de l'artiste ou du voyeur.

L'approche multifonctionnelle et la création artistique contemporaine sont au coeur du projet et font de ce lieu de mémoire traditionnel un lieu dynamique expérimental. Le site, classé en tant que monument national, reflète la richesse du patrimoine industriel de la région et l'héritage immatériel de son ancien propriétaire, l'artiste Albert Hames.

Restez informés sur le développement du projet et sur l’agenda des événements sur www.spektrum.lu.

© 2001 architecture
© 2001 architecture

Le hall vestiaires et wagonnage, Dudelange

En 2005, le Laminoir de Dudelange S.A. d'Arcelor (aujourd’hui ArcelorMittal)  a été fermé définitivement et le projet Neischmelz de la Ville de Dudelange a débuté. Cet ancien site sidérurgique de 36 hectares à Dudelange, situé entre les quartiers existantsItalie et Schmelz, est réaménagé dans un quartier écologique, respectant les principes de l'économie circulaire. Le concept énergétique est novateur au Luxembourg, exploitant la géothermie profonde ou l'énergie solaire, ainsi que le traitement des eaux grises sur divers bâtiments.

Depuis 2020, dans le cadre d’un projet pour l'année européenne de la culture, le DKollektiv vous invite à participer au Dkollage, un processus collectif et participatif de rénovation de l'ancien bâtiment vestiaires et du hall wagonnage (VeWa). Le but est de faire revivre et évoluer ce lieu de patrimoine pour son existence future dans le nouveau quartier urbain par des initiatives créatives, écologiques et alternatives. "Faire ensemble" est le slogan principal!

© Marc Lazzarini

Le bâtiment, symbole d'un temps passé, accueille en même temps une nouvelle activité collective et créative, qui profite de son potentiel et met en valeur son caractère. Les travaux de reconstruction sont alors accompagnés d'événements artistiques et de workshops. En 2022, le VeWa devient un Tiers-lieu culturel et d'expérimentation, en constante évolution, et les visiteurs, les citoyens et les artistes des contributeurs actifs

© Serge Ecker
© Serge Ecker

Le Marxeweier, Schifflange

L'histoire de la commune de Schifflange remonte à celle des Celtes. D'importantes traces de l'époque gallo-romaine y ont été découvertes. Aujourd'hui, la commune se place au troisième rang des communes les plus peuplées du Luxembourg, après Luxembourg-ville et Esch-sur-Alzette.

© Pit Wagner
© Gemeng Schëffleng, Beng Architectes Associés
© Gemeng Schëffleng, Beng Architectes Associés
© Pit Wagner

Des promenades au Schëfflenger Bierg sont idéales pour la détente dans la forêt et la découverte des anciennes mines, témoignant de l'histoire de la région Terre Rouge. Avec le projet "D'So vum Marxeweier", la commune de Schifflange valorise ses espaces naturels avec un ancien conte, presque oublié. Ce projet multidisciplinaire comprend des sculptures de l'artiste Tom Flick, un livre pour enfants illustré par le peintre Pit Wagner et une oeuvre musicale (autour de la thématique de l'eau) créée par l'Harmonie municipale de Schifflange. Les visiteurs ont le plaisir de suivre un chemin pédestre qui longe tous les lieux mentionnés dans l'histoire et valorisés de manière durable.

Selon la légende, le Marxeweier était situé en haut de la colline et tellement profond, que personne n'a réussi de plonger jusqu'au fond. Les nuits où la lune brillait, on pouvait entendre à minuit le chant de rédemption des nymphéas. On attribuait à l'eau de l'étang un pouvoir magique: celui qui en buvait pendant huit soirs ne mourrait pas en tant que jeune fille ou jeune homme. De partout, filles et garçons venaient boire à l'étang et souvent, dès le premier soir, les premiers couples se formaient. C'était le bon temps! Mais pendant des années de sécheresse, l'étang, rempli par les larmes des demoiselles d'eau, était devenu le seul point d'eau de la région. Les habitants du village creusaient pour trouver d'autres points d'eau, mais le jour où ils en trouvaient, le niveau du Marxeweier commençait à baisser... 

Ancienne cascade
© Gemeng Schëffleng
Nouvelle cascade
© Gemeng Schëffleng, Beng Architectes Associés

L'Arche, pôle Culturel, Micheville (FR)

À Micheville, Villerupt, un tiers-lieu consacré aux arts, musiques et nouvelles technologies fait le lien entre le passé et le futur. Le bâtiment se trouve sur un ancien site industriel, lieu de production d'acier. À l'époque environ 5.000 ouvriers travaillaient ici.

En 2022, l'Arche a de multiples vocations et possède trois espaces de diffusion:

  • La grande salle, espace hybride et ajustable à diverses activités, concerts et spectacles vivants
  • La salle de cinéma lié à l'espace d'accueil avec le bar-restaurant, un lieu d'échange convivial, avec une cuisine axée sur le développement durable et les produits locaux
  • La salle d'exposition dédiée aux arts numériques, avec la vidéo immersive, l'environnement 3D ou le Gaming

Elle soutient différents projets hors-les-murs dans le cadre d'Esch2022 et est le "totem de diffusion" de la capitale européenne de la culture sur le territoire français. Elle est un laboratoire qui associe l'industrie, les start-ups et la culture, tout en donnant accès gratuit au public intéressé aux nouvelles technologies. Le MediaLab est un lieu de production avec cinq studios (répétition, enregistrement, montage, etc.). Il est mis à disposition aux différents acteurs pour concevoir et amplifier leurs projets culturels. Il est complété par un studio photo et vidéo, un PixelLab (traitement de données) et un Fablab (laboratoire de fabrication).

© CCPHVA
© CCPHVA
© CCPHVA