Vin de qualité supérieure avec personnalité Les vins luxembourgeois jouissent d’une popularité intacte dans le pays et à l’étranger

Si les vins luxembourgeois sont très prisés au Luxembourg, ils jouissent aussi d’une popularité croissante à l’étranger. La raison? L’accent mis sur la qualité. Nous avons parlé à Romain Schneider, ministre de l’Agriculture, de la Viticulture et du Développement rural, de la région viticole du Luxembourg, de la percée du pays en matière d’interdiction du glyphosate et de la meilleure façon de découvrir les vins luxembourgeois.

En ce qui concerne la popularité internationale croissante: comment voyez-vous les vins luxembourgeois sur le plan international?

Les Crémants et vins du Luxembourg sont très prisés, ils sont très demandés dans les secteurs de l’hôtellerie et de la restauration, ainsi que dans le secteur privé. Mais avec la pandémie de Covid-19, la demande privée a augmenté.

Nos principaux partenaires d’exportations sont la Belgique et l’Allemagne. Toutefois, quelques pays intéressants comme la Chine et le Japon se sont ajoutés depuis peu. La décision de privilégier la qualité prise il y a quelques années porte désormais ses fruits.

Les conditions climatiques de ces dernières années ont largement contribué au succès des vins luxembourgeois. Le fort ensoleillement est encore plus propice à la production de vin de la région et influence sa qualité.

À quel point le marché international est-il important?

À l’heure actuelle, nous exportons entre 30 et 35% de vins produits au Luxembourg – il y a donc encore beaucoup de potentiel. Mais si ces marchés sont très attractifs, cela ne doit pas être au détriment de la qualité des vins. Pour les viticulteurs, il est primordial de vendre ce qui est produit. Comme pour tout produit issu de l’agriculture, les ventes sont tout aussi importantes que la production, c’est ce qui garantit la rentabilité des entreprises.

Dans la crise, la digitalisation et l'innovation sont 2 facteurs clés pour les viticulteurs luxembourgeois, déclare Romain Schneider, ministre en charge de la viticulture.
© SIP / Jean-Christophe Verhaegen

Qui est Romain Schneider?

Romain Schneider, millésime 1962, est membre du gouvernement depuis 2009, date depuis laquelle il occupe aussi le poste de ministre de l’Agriculture, de la Viticulture et du Développement rural. Trouvez sa biographie complète sur le portail du gouvernement, Gouvernement.lu.

Quelles sont les qualités des vins luxembourgeois?

D’une part, il y a bien entendu le goût, les arômes, et d’autre part le fait que les vins luxembourgeois bénéficient d’une forte identification avec la région. Il est essentiel de pouvoir donner un visage aux vins, c’est notre atout supplémentaire. Ainsi, la période Covid a été très difficile car les contacts humains faisaient défaut. La région viticole du Luxembourg est petite [environ 1.300ha, ndlr], ce qui explique pourquoi les vins sont très fortement liés aux différentes personnalités.

La pandémie de coronavirus est un défi à bien des égards. Quel est l’impact de la Covid-19 sur les vignerons luxembourgeois?

Le vin est un produit agricole non négligeable. Pour nous, il était donc primordial que les viticulteurs puissent continuer à travailler pendant le confinement et que nous puissions préparer les vendanges en amont afin d’éviter les perturbations. Et nous y sommes arrivés.

En raison de la fermeture des restaurants et bars, les ventes ont diminué, et la consommation de vin a bien entendu baissé. L’annulation de grandes manifestations a également entraîné une baisse considérable des ventes de vin. En revanche, les ventes dans le secteur privé se sont accélérées et les viticulteurs ont su s’adapter, notamment en proposant la vente en ligne et des colis de dégustation disponibles sur commande. Je pense que ces mesures subsisteront à plus long terme, et que les ventes en ligne continueront parallèlement aux dégustations traditionnelles, même momentanément et sporadiquement pour une minorité de personnes.

L’innovation et la numérisation se sont révélées être des facteurs très importants permettant de limiter la chute des ventes, même si celle-ci était sensible. Il nous faudra dresser un bilan ultérieurement.

L’interdiction imminente de la vente et de l’utilisation de glyphosate représente un autre défi pour l’agriculture du pays. Pourquoi le Luxembourg a-t-il décidé d’être précurseur dans l’interdiction de la vente de glyphosate?

L’interdiction de la vente et de l’utilisation de glyphosate fait partie de l’actuel programme du gouvernement. Il était donc évident pour nous de prendre cette décision. En outre, le Luxembourg s’est toujours opposé aux prolongations d’autorisations par le passé, l’interdiction était donc une étape logique dans cette direction. Ainsi, le Luxembourg est resté fidèle à ses objectifs.

Cela dit, nous n’avons pas abandonné les agriculteurs et les viticulteurs: pour 2020, nous avons promis une aide à tous ceux qui étaient déjà prêts à ne plus utiliser de glyphosate cette année. 65% des agriculteurs ont eu recours à cette aide - et 99% des viticulteurs!

Vous avez mentionné le changement climatique au début de l’entretien. Quelle influence le changement climatique a-t-il sur la viticulture au Luxembourg et sur les vins?

Les vins luxembourgeois et la viticulture en général sont les "gagnants" du changement climatique. Les étés chauds des dernières années ont gorgé les raisins de soleil, ce qui a eu un effet positif sur la qualité des vins. Cependant, nous devons faire face à de nouveaux défis: la sécheresse, ainsi que les coups de soleil qui peuvent détruire les raisins et d’autres maladies donnent du fil à retordre aux vignobles. Afin de lutter contre ceci, nous travaillons avec l’Institut viti-vinicole, IVV pour trouver des cépages résistants pour le Luxembourg.

Est-ce que vous vous considérez comme connaisseur en vin?

Je ne me qualifierais pas de connaisseur en vin. Mais, ces dernières années, mon poste m’a permis d’acquérir des connaissances approfondies sur la viticulture et les vins luxembourgeois. J’ai découvert les crémants et les vins du Luxembourg. Aujourd’hui, quand je bois du vin blanc, il s’agit toujours d’un vin du pays. L’excellente qualité est une invitation à la dégustation.

Quelle est la meilleure façon de découvrir les vins luxembourgeois?

Le mieux, c’est de visiter la région et de déguster les vins là où ils sont produits. En outre, en randonnant ou en se promenant à vélo le long de la Moselle, il existe de magnifiques occasions de combiner dégustation de vins et exploration de la région. Une activité à ne pas manquer.

Merci beaucoup de nous avoir accordé cet entretien, Monsieur Schneider.