La crise politique et le référendum de 1919

La crise éclate dès le départ des Allemands. A la Chambre des députés, les représentants de la gauche demandent la déchéance de la dynastie. Ils reprochent à la souveraine d’avoir entretenu des relations avec l’occupant pendant la guerre et d’avoir favorisé la droite par ses interventions dans la vie politique. La motion est rejetée de justesse.

Sur le plan international, le gouvernement luxembourgeois doit aussi affronter l’hostilité à l’égard de la Grande-Duchesse Marie-Adélaïde. La France et la Belgique mènent des négociations secrètes risquant d’avoir des répercussions sur l’indépendance du Luxembourg. Le 9 janvier 1919, la compagnie des volontaires (armée luxembourgeoise) se révolte et un comité de salut public proclame la république. Ces mouvements ne rencontrent pas l’adhésion populaire et sont vite étouffés par l’intervention des troupes françaises. Mais la position de la Grande-Duchesse Marie-Adélaïde est définitivement compromise. La souveraine décide d’abdiquer en faveur de sa sœur puînée Charlotte qui lui succède immédiatement (15 janvier 1919).

Pour désamorcer la crise, le gouvernement luxembourgeois décide d’organiser un double référendum. La consultation populaire porte sur la forme de l’Etat (monarchie ou république) et sur l’orientation économique du pays après la dénonciation du Zollverein. D’un côté, la voix de la population est censée faire impression au moment où les vainqueurs réunis à Versailles redessinent la carte européenne selon le principe wilsonien du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. De l’autre, le référendum doit renforcer la légitimité de la nouvelle Grande-Duchesse. Votant pour la première fois au suffrage universel, une large majorité se prononce, le 28 septembre 1919, en faveur du maintien de la monarchie (80 %) et pour une union économique avec la France (73 %). Cependant, la France se désiste et conseille au gouvernement luxembourgeois de se tourner vers la Belgique. Après d’âpres négociations, la convention de l’Union économique belgo-luxembourgeoise est signée en 1921.

(Source: A propos... de l'histoire du Luxembourg)

  • Mis à jour le 25-07-2018