Produits du terroir

Vendanges 2019 sur la Moselle luxembourgeoise

Un bilan prometteur malgré des aléas climatiques

31-vendangesL’année 2019 n’a pas été au goût des vignerons luxembourgeois: la gelée en mai et la canicule en juillet ont fait souffrir les vignes, et les vendanges 2019 s’annoncent difficiles. Malgré ces cabrioles météorologiques et des pertes en quantité, les vignerons luxembourgeois s’attendent à un vin d’une qualité excellente, résultat de leur savoir-faire. Serge Fischer, chargé d’études à l’Institut viti-vinicole (IVV), pointe vers les efforts de s’adapter aux effets du changement climatique pour expliquer que l'impact de la météo sur les vendanges reste limité.

La météo a été un sujet constamment discuté cette année. Comment est-ce que les vignerons l’ont perçue?

Les vignerons ont subi les aléas climatiques cette année. Les vignes ont été frappées de plein fouet par les gelés printaniers en mai. Ensuite la sécheresse a fortement touché les jeunes plantations. Finalement, l’ensoleillement exceptionnel lors de la canicule en juillet a brûlé les baies qui n’ont pas été protégées par les feuilles. Heureusement les grappes restantes ont connu un développement exceptionnel et ont atteint une bonne maturité.

Est-ce que les vignerons luxembourgeois devront s’adapter au changement climatique?

Le changement climatique affecte fortement le secteur viticole. Surtout les aléas climatiques dont l’ampleur augmente avec le changement climatique nécessitent une adaptation de la culture de la vigne. À titre d’exemple, les professionnels de la vigne commencent à planter des sélections de cépages moins sensibles à la pourriture.  

Le réchauffement climatique a quand même un côté positif pour le secteur viticole. Jadis il était normal d’avoir des années où les raisins n’atteignaient pas leur maturité. Force est de constater qu’on ne connaît plus de tels millésimes, la dernière "mauvaise année" date de 1984.

Quelles sont les conséquences pour la vendange 2019?

Les vendanges seront difficiles dans les lieux-dits viticoles gelés et les parcelles touchées par l’échaudage (les coups de soleil). Dans les parcelles gelées, les raisins ont un développement différencié qui a abouti à des stades de maturations différentes, ce qui implique parfois deux passages pendant la récolte. Les échaudages ont conduit à un passerillage des baies touchées. Là aussi, le tri s’impose afin de récolter que les baies saines.

Est-ce qu’il y aura des impacts sur la qualité du vin?

Sous condition de faire le tri dans les parcelles, les aléas climatiques n’auront pas d’effet négatif sur la qualité. Les grappes restantes sont d’une excellente qualité.

Quels cépages sont les plus populaires sur la Moselle luxembourgeoise?

Le cépage le plus populaire reste encore le Rivaner avec un taux d’implantation de 23% de nos 1.300 ha de vignobles mosellans. Mais sa superficie se rétrécit depuis des années au profit des cépages dits bourguignons (Pinot noir, Pinot gris, Pinot blanc, Chardonnay, Auxerrois) qui sont de plus en plus utilisés pour l’élaboration du Crémant de Luxembourg. De ces cépages ce sont notamment le Pinot noir et le Pinot gris qui se réjouissent d’une popularité grandissante. Leur superficie a augmenté dans l’espace de 20 ans de 221 ha à 327 ha.

Quand est-ce que nos lecteurs pourront déguster les premiers échantillons du cru 2019?

Le premier vin sera disponible en tant que vin primeur en novembre pour les cépages Pinot noir et Auxerrois.  Le premier rendez-vous avec tous les autres cépages du millésime 2019 sera à l’occasion de la foire au vin en avril à Grevenmacher. À ne pas oublier le vin bourru (Fiederwäissen) qui est disponible chez les vignerons au cours des vendanges.

(propos recueillis par l'équipe rédactionnelle du portail www.luxembourg.lu)

  • Mis à jour le 30-09-2019