Emploi et travail

Temps de travail au Luxembourg: à la recherche de la conciliation

La journée du 9 mai a été déclarée jour férié légal pour tous les travailleurs du Luxembourg

05-temps-travailLe 27 mars, la Chambre des députés a voté à l’unanimité l’augmentation du congé payé annuel légal minimum, qui passe désormais de 25 à 26 jours, et la déclaration du 9 mai, Journée de l’Europe, comme jour férié légal. Dans un pays où la durée effective de travail d’un salarié à temps complet est en moyenne de 1.700 heures par an, le gouvernement montre une volonté d’offrir aux salariés la possibilité de mieux concilier leur vie familiale et leur vie professionnelle.

1.701 heures de travail et progression du temps partiel

Selon l’enquête quadriennale sur le coût de la main d’œuvre (CMO), menée au Luxembourg par le Statec, la durée effective de travail d’un salarié à temps complet est en moyenne de 1.701 heures par an. En comparaison avec la France (1.544 heures) et la Belgique (1.495 heures), cette durée est supérieure dans tous les secteurs, mais elle correspond à la moyenne de 1.700 heures de l’Union européenne.

Face à cet engagement, l’État et les employeurs montrent aussi une volonté d’offrir aux salariés la possibilité de mieux concilier leur vie familiale et leur vie professionnelle. Avec la récente augmentation à 26 jours de congés payés annuels minimum, le Luxembourg dépasse la moyenne européenne de 23 jours. Aussi, le nombre d’employés profitant d’un temps de travail partiel est passé de 13,2% en 2008 à 18,3% en 2016. C’est notamment au sein des grandes compagnies que ces nouvelles formes d’organisation du travail avancent et permettent d’améliorer l’équilibre vie privée-vie professionnelle.

Un coût horaire moyen du travail au Luxembourg élevé

L’enquête CMO aborde aussi les coûts horaires moyens du travail. Avec 39 euros, celui du Luxembourg reste élevé par rapport à la moyenne européenne, de 26 euros, et celle de zone euro, de 30 euros. Au sein de l’Union européenne, seul le Danemark présente un coût plus élevé que celui du Luxembourg.

Ce coût horaire moyen élevé découle en grande partie de la structure de l’emploi luxembourgeois, davantage centré sur les services à haute valeur ajoutée. Les activités financières et d’assurances, avec un coût moyen de 71 euros, et la santé et l’action sociale, dont le coût horaire représente 39 euros, sont les secteurs clés qui expliquent une progression rapide du taux de croissance annuel de 2,3% sur la période 2012-2016.

Des coûts indirects faibles à charge des employeurs

Le coût horaire est plus élevé qu’ailleurs, mais le Luxembourg se rattrape sur les coûts indirects, principalement constitués par les cotisations sociales à charge de l’employeur. Le Grand-Duché reste un des pays de l’Union européenne où ces coûts sont les plus faibles: 13% contre 22% en moyenne. Un atout qui permettrait aux employeurs de rester compétitifs tout en payant des salaires élevés, notamment dans le secteur financier et les activités de services administratifs et de soutien.

(Article rédigé par l’équipe rédactionnelle du portail www.luxembourg.lu)

  • Mis à jour le 29-04-2019