Economie

Bilan Compétitivité 2018: tenir bon dans une période turbulente

Selon l’édition 2018 du bilan national de la compétitivité, le Luxembourg fait partie des pays à performance élevée et se classe 9e dans l’Union européenne.

21-competitivite-2L’Observatoire de la compétitivité (ODC) vient de publier l’édition 2018 de son tableau de bord de la performance des États de l’Union européenne, le Bilan Compétitivité 2018. Ce benchmark luxembourgeois analyse et compare en détail 68 différents indicateurs regroupés sous les aspects "Économie", "Social" et "Environnement". Dans le classement général, le Grand-Duché se positionne au 9e rang dans l’UE et sécure ainsi sa position parmi les pays à "performance élevée".

Aspect "Économie": un bilan mitigé

Pour l’aspect "Économie", qui comprend 25 indicateurs comme la stabilité, l’attractivité ou la compétitivité-coût d’un pays, le Luxembourg se classe 11e dans l’UE, derrière les Pays-Bas (3e), et l’Allemagne (6e), mais avant la Belgique (14e) et la France (16e). Ce classement est mené par l’Irlande, suivi de la Suède.

Le bilan économique du Grand-Duché se présente mitigé: d’une part, le Luxembourg est meilleur élève pour l’indicateur "PIB par heure travaillé" et second pour les indicateurs " Taux d’inflation" et " Dette publique", d’autre part, il se trouve trois fois au dernier rang, ceci pour le "Taux moyen de variation annuelle de la productivité globale des facteurs", la "Rentabilité des sociétés non financières" et la "Part d’emploi dans les secteurs manufacturés en moyenne-haute et haute technologie".

Aspect "Social": groupe des champions

Pour l’aspect social, le Grand-Duché se classe en 4e position et figure ainsi parmi le groupe des champions (performance supérieure à 115% de la moyenne de l’UE), ensemble avec, entre autres, la Slovénie (1er), la République tchèque(2e), et Malte (3e). Nos pays voisins se sont classés 9e (Belgique), 14e (Allemagne) et 17e (France). Les Pays-Bas se classent 11e.

Pour les indicateurs "Revenu médian en standard de pouvoir d’achat" et "Richesse nette par ménage", le Luxembourg excelle sa concurrence européenne et se classe 1er. Autres points forts du grand-Duché sont un taux faible de jeunes sans emploi (5,9%), l’écart salarial entre hommes et femmes (5,5%) ou une privation matérielle quasi inexistante (1,17%). 

Aspect "Environnement": performance stable

Dans l’édition 2018 du bilan Compétitivité, le résultat du Luxembourg pour l’aspect "Environnement" est le même que celui de l’édition précédente et le Grand-Duché figure parmi les pays à performance élevée et se classe 14e. En général, cette catégorie présente moins de variations d’une année à l’autre. Ce classement est mené par le Royaume-Uni, l’Espagne et la Croatie. Les Pays-Bas occupent le 6e rang, la France se classe 11e, l’Allemagne 15e et la Belgique 21e.

Les points forts du Luxembourg dans le domaine environnemental sont, selon le bilan, ses "Dépenses totales de protection envrionnementale" (1er), son score pour l’"Ecoinnovation Index" (3e) ou l’"Urban population exposure to air pollution". Cepedant, en matières d’énergies renouvelables le Luxembourg ne se trouve qu’à l’avant-dernière place.

21-competitivite-1

Diversification économique et secteurs prioritaires

Le rapport Compétitive 2018 dresse également le bilan de la diversification économique et des secteurs prioritaires du Luxembourg. La dépendance prononcée du Luxembourg envers son secteur financier, qui est seul responsable pour 26,5% du PIB, est généralement considéré comme un danger potentiel pour l’économie. Afin de combler ce manque de diversification, le gouvernement luxembourgeois a défini et promeut activement le développement économique de cinq nouveau secteurs prioritaires: technologies de l’information et de la communication, logistique, sciences et technologies de la santé, écotechnologies et technologies de l’espace.

Selon le rapport, ces secteurs prioritaires représentaient, en 2016, 9,6% de la valeur ajoutée brute du pays, 31.000 emplois et 3.047 entreprises. Le secteur des TIC représente de loin la plus importante part en termes de valeur ajoutée et d’emplois. Tandis que la croissance varie entre ces différents secteurs, on assiste globalement à une évolution positive des performances de ces cinq secteurs prioritaires depuis plusieurs années.

Benchmarks et classements internationaux

En outre, le Bilan Compétitivité 2018 fait l’analyse et le monitoring d’autres benchmarks et classements internationaux. L’ODC suit de près les rapports annuels d’entre autres le Forum économique mondial, de l’Institute for Management Development (IMD), de la Heritage Foundation et de la Commission européenne. Selon le bilan, pour la grande majorité des benchmarks analysés le Luxembourg est classé dans le top 10 au niveau de l’UE, un constat qui confirme donc bien le résultat du tableau de bord national Compétitivité 2018.

(Article rédigé par l’équipe rédactionnelle du portail Luxembourg.lu)
  • Mis à jour le 21-11-2018