Elections législatives

Le Luxembourg a voté

Lisez les résultats du scrutin!

Dieser Artikel ist leider nicht in deutscher Sprache verfügbar.

Les résultats se trouvent sur le site officiel de électionsLes dés sont jetés. Le dimanche, 20 octobre 2013, les 238.587 électeurs inscrits sur les listes électorales ont donné leur verdict à l'occasion de élections législatives anticipées. Tout au long de l'après-midi et de la soiréé du dimanche, le nouveau site www.elections.public.lu a permis de suivre en direct la publication des résultats des différents bureaux de vote. 

Voici un aperçu des résultats officieux au niveau national:

  • Liste 1 Déi Lénk: 4,94% (2 mandats)
  • Liste 2 ADR: 6,64% (3 mandats)
  • Liste 3 KPL: 1,64% (0 mandat)
  • Liste 4 DP: 18,25% (13 mandats)
  • Liste 5 Piratepartei: 2,94% (0 mandat)
  • Liste 6 Déi Gréng: 10,13% (6 mandats)
  • Liste 7 LSAP: 20,28% (13 mandats)
  • Liste 8 CSV: 33,68% (23 mandats)
  • Liste 9 PID: 1,5% (0 mandat)

Outre les résultats des partis et des candidats, le site www.elections.public.lu propose un simulateur de coalitions, ainsi que les résultats par commune et par circonscription. Les résultats des scrutins antérieurs (jusqu'en 1994) sont également disponibles. Comme d'habitude, les résultats officiels seront établis au cours des jours suivants par les procès-verbaux de recensement général des quatre circonscriptions. 

La formation d'une nouvelle coalition gouvernementale

En ce qui concerne la suite, l’usage veut qu’au lendemain des élections législatives, le Premier ministre d’un gouvernement sortant présente sa démission au chef d’Etat. S.A.R. le Grand-Duc demande alors au gouvernement sortant de rester en fonction et de continuer à expédier les affaires courantes, jusqu'au moment où un nouveau gouvernement sera assermenté. 

Le texte de la Constitution laisse au Grand-Duc la liberté absolue de choisir les ministres qui sont ses hommes de confiance et exercent avec lui le pouvoir exécutif. En pratique, le Grand-Duc est toutefois considérablement limité dans son choix par le principe démocratique qui exige que les ministres aient non seulement sa confiance, mais aussi celle de la majorité parlementaire.

En fait, d’après des usages constants, le Grand-Duc ne choisit que le Premier ministre, soit après avoir désigné un informateur, soit directement un formateur. Le Premier ministre cherche alors ses collaborateurs en ayant soin de composer un gouvernement qui rencontrera l’adhésion de la majorité parlementaire, tout en tenant compte des desiderata des partenaires de la coalition. En effet, si aucun des groupes politiques représentés à la Chambre des députés ne dispose de la majorité absolue, comme c'est le cas suite à ce scrutin, un gouvernement de coalition est formé. Les partis politiques appelés à être représentés au gouvernement se mettent d’accord, au cours de négociations parfois laborieuses, sur un programme commun de gouvernement et sur la répartition des départements ministériels.

(Source: Les institutions du Grand-Duché de Luxembourg)

  • Letzte Änderung dieser Seite am 07-04-2015